Voyageuse immobile

Perle bleue de Mongolie, le lac Khövsgöl ou petit Baïkal, célèbre chaque année au mois de mars, le temps d’un festival, la beauté éphémère de la glace. Créée il y a une quinzaine d’années, cette manifestation vise à susciter un tourisme d’hiver. Mais les visiteurs ne se pressent pas encore, contrairement aux Mongols. De nature joyeuse, émerveillés comme de grands enfants qui retrouvent un parc d’attraction qu’ils connaissent bien, ils s’adonnent ensemble, sur ce grand miroir bleu, à des disciplines ancestrales : tir à l’arc, lutte mongole, patin à glace, lancer de palets, etc. Une occasion précieuse pour les familles de sortir de leur isolement hivernal.

Dialogue entre Bat-Erdene et Munkhe, deux mongoles en side-car sur le lac gelé, en réponse aux commentaires de l'article « Faites parler les images #2 » ici.

-- T'as vu Bat-Erdene, ils ont été nombreux à écrire quelque chose sur nous deux ! Visiblement on les a inspirés.

-- Ouai j’ai vu, j’ai bien aimé lire toutes ces histoires, ça m'a un peu changé les idées, mais ça n’a pas encore résolu mon problème. J’avance toujours pas avec cette machine et ma femme Oyunchimeg commence à s’impatienter et à prendre froid à côté. La photographe l’a aussi prise en photo, enfin ses pieds plus précisément, et elle lui a donné le nom de « Voyageuse immobile ».

-- Un comble pour nous, nomades ! Ce qui est drôle, c’est qu’aucun des écrivains n’a deviné ce que tu étais réellement en train de faire. Ils ont évoqué la paix avec les esprits, la belle-mère, la vie rêvée que nous avons sur ce lac, au milieu de grands espaces, le tout avec poésie et humour, mais pas un n’a su t’aider. Tu as vu, il y en avait même un qui connaissait l’Aïrak, j’aurais bien voulu voir sa tête, la première fois qu’il en a bu !

-- Au moins ça leur a permis de sortir de leur quotidien et de rêver un peu. Quel honneur pour nous ! On a tous besoin de rêver et de laisser notre imaginaire s’envoler comme des volutes de fumée. Si on l’emprisonne, il risque de tourner en rond et de se figer ... comme moi d’ailleurs, avec ce fichu engin sur la glace !

-- Ah s’ils t'avaient vu Bat-Erdene, tournoyer sur toi-même avec ton side-car! Tout ça parce que tu ne voulais pas dépenser un peu plus pour de bons pneus cloutés. Te voilà maintenant agenouillé, à leurs pieds en plus, en train de découper des morceaux de tissus. Tu arriveras à les nouer autour des roues ?

-- Je ne sais pas encore, mais ce dont je suis sûr, c'est qu’ils auront un sourire aux lèvres en lisant notre histoire. Tiens regardes, ils sourient ! Ça aussi c’est bien, de sourire. Finalement, on a été une bonne pioche pour la photographe, elle a bien choisi son image : rêver et sourire. On n’aurait presque pas besoin d’esprit avec ça dans la vie de tous les jours.

-- Tu commences à m’agacer avec tes grandes théories de sage. Parce que tu crois que c'est si simple ? Moi tout ce que je sais, c’est que le festival a déjà commencé et qu’on est encore au milieu du lac. C’est le seul jour de tout l’hiver où on peut se retrouver avec les amis et la famille. Je te proposerais bien d’emmener Oyunchimeg, mais je ne peux pas rivaliser avec ta jolie couverture !

-- Merci, mais ça devrait aller, je ne devrais plus en avoir pour longtemps. En espérant que ces bouts de tissus fassent suffisamment adhérence sur la glace pour arriver jusqu’à Khatgal. Tiens, on pourrait leur faire écouter une musique traditionnelle mongole au passage. C’est une clé un peu différente, mais la musique peut aussi réparer et nous porter vers de nouveaux horizons. Je ne sais pas s’ils aimeront. On essaie ?

-- Comme tu veux, je pense qu'il trouveront ça un peu bizarre comme musique, c'est pas du Dalida ni du Joe Dassin! Moi en tous cas, je vais l’écouter en direct. Bon je te laisse alors. Au pire, demande à la photographe si elle n’a pas une clé de 12. Elle servirait peut-être pour une autre histoire?

--Non, je ne crois pas, la prochaine histoire ne sera pas dans ce registre, enfin je crois. On verra ce que les deux filles vont nous concocter et si cela inspirera également nos rêveurs!

https://www.youtube.com/watch?v=l_C-Y9jOHEk

https://www.youtube.com/watch?v=Dq3BfDTzT0k

5 thoughts on “Voyageuse immobile”

  1. Merci Céline,
    C’est un plaisir de te lire et d’avoir la clef de ton énigme photographique glacée. Bon c’est sûr, Joe Dassin et Dalida, c’est pas du tout neuf. Pourquoi pas Maurice Chevalier et Tino Rossi pendant que tu y es !!! Allez, on te pardonne. Trêves de « paroles et paroles et paroles ». A toi qui promènes ton appareil plus loin que sur « Les Champs Elysées « , j’adresse ainsi qu’à Juliette, un grand bravo pour cette belle initiative photo-littéraire.

  2. Merci de nous faire voyager. Ces images, miroir de glace, nous permettent de la briser en nous confiant le défi de l’écriture. Le premier regard me laisse un peu de marbre puis me laissant imprégner, j’ose briser la glace et coucher quelques mots… L’encre se dégivre peu à peu. Belle occasion , beau défi et cette photo qui illustre ton texte me botte, tu es une belle pointure, je trouve ça beau, très beau… Bon voyage que nous aurons plaisir à découvrir.

Leave A Comment