Les petits mouchoirs de Véronique

Véronique c’est une petite fleur, une délicate petite fleur violette. Mais ce n’est pas de la fleur dont je vais vous parler aujourd’hui. A la suite de la fête des grands-mères et de la journée de la femme, je voudrais vous présenter une autre Véronique, ma grand-mère.

Le temps-passe et le passe-temps préféré de Véronique c’est la broderie de mouchoirs. Loin de son utilisation originelle et principale, le mouchoir fut au Moyen Âge, selon la finesse de sa broderie, une marque de richesse et un accessoire vestimentaire très apprécié, aussi bien des dames que des hommes.

Nul besoin pour Véronique de leur faire un nœud pour se souvenir de sa longue vie.

Enfant, petite fille, adolescente puis femme, épouse, maman, veuve et grand-mère, le fil de sa vie, parfois tendu, lui glisse entre les doigts, mais de fil en aiguille, elle brode inlassablement une nouvelle histoire.

Derrière mon appareil photo, j’aurais voulu que le temps s’arrête pour profiter de la quiétude du lieu et de l’apaisement qu’apporte cette occupation. Mais le rythme cadencé des battements de l’horloge comtoise qui se dresse fièrement dans cette pièce de vie, autrefois occupée par trois générations, nous rappelle que le temps passe. 1, 2, 3 petits points et on repart ! Le travail minutieux de cette dentelle nécessite une vue aiguisée et de la concentration permanente … pour ne pas perdre le fil !

Le mouchoir de coton, ce petit carré de tissu qui n’existera peut-être plus un jour, sera ensuite parfumée, puis déposé dans un sac à mains, une poche de manteau, ou glissé à l’intérieur d’une manche, sous le poignet, là ou l’on est sûr de toujours le retrouver.

Mais le mouchoir brodé c’est aussi un cadeau. Empilés délicatement les uns sur les autres dans une boite carrée, Véronique les présente à ses hôtes, de la même manière qu’elle offrirait des chocolats ou des petits fours. Rose, bleu, jaune, orange, violet, choisissez votre couleur ! Des mouchoirs si esthétiques que l’on n’ose pas s’y moucher, que l’on garde précieusement dans un tiroir ou que l’on dépose sur un meuble, en guise de napperons, sous un objet de valeur sentimental.

Céline

8 commentaires sur “Les petits mouchoirs de Véronique”

  1. C’est assez rare de voir ce type de sujet chez toi, mais qu’est ce que c’est agréable 🙂
    Comme le souligne Christine, c’est très attendrissant … j’apprécie les cadrages, les couleurs … j’ai le cœur joyeux en voyant tes images qui ne sont pas sans me rappeler ma grand-mère, qui était également très manuelle, je n’ai malheureusement pas eu le loisir l’immortaliser sa passion.

    • Christine et Marie un grand merci pour votre visite et votre sensibilité. Effectivement, mes sujets sont rarement si personnels, mais j’y trouve toujours beaucoup de plaisir et j’ai l’impression que plus le temps passe et plus j’ai envie d’immortaliser ces instants fragiles. La photographie est un merveilleux moyen de partage, partage dont vous nous faites régulièrement cadeau sur vos blogs respectifs :). Merci à vous deux aussi.

  2. Coucou Céline,
    Tes photos pleines de tendresse ont su merveilleusement capturer la douceur et la gentillesse d’une bien belle personne. J’adore