De l’extérieur vers l’intérieur

~

⏳ Temps de lecture ≈ 10'

GRAND NORD - LAPONIE

Chers amis,

Un article un peu long pour certains, mais que je suis heureuse de partager avec vous depuis le Grand Nord.

Nous sommes actuellement en Laponie, en pleine saison d’hiver. Ce pays sera peut-être notre pays d’accueil pour les prochains mois à venir, en tout cas les prochaines semaines.

Samuel et moi sommes partis depuis deux mois maintenant, avec notre petit camion, Scoubi.

Je vis de loin avec vous ces nouvelles mesures de confinement mises en place en début de semaine.

Nous suivons les informations par le biais de nos proches et nous nous tenons informés des mesures à prendre dans le pays où nous sommes. Nous évitons ensuite de nous laisser prendre au piège par la tornade d’informations diffusées par les médias, car nous savons que le stress et la peur diminuent notre système immunitaire.

Loin de moi l’idée de vous rendre jaloux, mais nous nous savons très chanceux de l’endroit où nous sommes. La densité de population est extrêmement faible, moins de 0,3 habitant par km 2 (et 2 rennes au km 2). Cela limite nettement les risques, même si le risque zéro n’existe pas.

Voyageurs mobiles, nous avons donc décidé de rester sur place le temps qu’il faudra, par solidarité, par mesure de précaution pour nous et pour les autres. Nous avons du chauffage, et accès à de l’électricité et de l’eau. Un tout petit commerce à quelques pas d’ici sera notre seul lien avec la population locale.

Nous profitons de cette nature sauvage qui nous entoure, où nous croisons de temps à autre quelques motoneiges qui nous dépassent à vive allure.

Nous prenons ce temps d’arrêt pour avancer sur nos projets, pour faire du tri dans nos photos, pour lire, pour méditer, pour nous reconnecter avec nous-mêmes et ensemble.

Je pense à toutes les personnes qui ont le devoir d’être au front et qui permettent à la société de continuer à avancer dans ces moments difficiles.

Je les remercie très chaleureusement.

~~~

DE L'EXTÉRIEUR VERS L'INTÉRIEUR

J’ose aujourd’hui partager mon point de vue, parce que même si cette épidémie est collective, je pense que nous pourrions aussi essayer de la considérer sous un angle plus individuel. Point de vue qui choquera peut-être, qui ne résonnera pas pour tout le monde, ou qui sera, je l’espère, une nouvelle porte d’entrée pour d’autres.

Si j’utilise le mot oser, c’est parce que je suis très sensible aux débats et aux conflits que j’observe régulièrement sur les forums et les réseaux sociaux. La violence des propos parfois publiés me questionne toujours autant.
N’étant pas une utilisatrice intensive de ces plateformes, je pense qu’en ces moments où les rencontres sociales et physiques sont interdites, elles peuvent cependant être un lien indispensable, voire vital, pour les personnes qui subissent cet isolement et cette solitude forcée.

Je sais que le confinement sera une épreuve pour de nombreuses personnes, pour différentes raisons. Mais nous aimons-nous suffisamment pour accepter cette coupure sociale le temps de retrouver la paix ?
Et aimons-nous suffisamment les autres pour les protéger ?

A l’heure actuelle, c’est le plus beau cadeau que chacun puisse s’offrir et offrir à son prochain.

Et si, parallèlement à ce lien virtuel, nous profitions de cette interruption pour nous recentrer, pour regarder en nous-mêmes plutôt qu’à l’extérieur ? Peut-être est-ce aussi là une occasion bienvenue pour mettre notre ego au repos ? Le futur est flou, le passé le devient avec le temps. La réalité n’existe que maintenant.

Cela semblera utopiste aux yeux de ceux qui ont des devoirs familiaux, qui vont peut-être perdre leur travail, leur lieu de vie, leur entreprise ou même un être proche.

Mais je pense aussi aux nouveaux avenirs que certaines personnes auront le courage de se dessiner grâce à une potentielle prise de conscience.

Je reste persuadée que chaque épreuve de notre vie nous renforce, qu’elle est une nouvelle porte qui s'ouvre vers un renouveau.

~~~

MON EXPÉRIENCE TRANSFORMATRICE DE VIPASSANA

En septembre dernier, je me suis rendue en Inde pour pratiquer la Méditation Vipassana.

Il s’agit d’une retraite de 10 jours, à raison de 10 heures de méditation par jour, dans le noble silence. Aucun mot et aucun contact avec l’extérieur n’est permis, aucun droit de sortie, aucune prise de note, aucune lecture, aucune musique et ceci dans un cadre de vie quasi monacal et le strict minimum vital.

Seul, face à soi-même.

Ce fut une expérience merveilleuse et une profonde introspection. Mes premiers jours furent difficiles et très déstabilisants. Mon mental cherchait ses repères, s’agitait de plus en plus, voulait tout arrêter, s’enfuir, pour finalement se stabiliser puis s’effondrer et laisser place à l’apaisement et à la sérénité.

L’agitation sociale et virtuelle que l’on peut constater actuellement n’est pas sans me rappeler l’agitation intérieure ressentie alors, au cours des premiers jours. Occuper l’esprit à tout prix, rester en contact, trouver des activités à la maison, tout cela de manière inconsciente, pour ne pas devoir regarder à l’intérieur.

Plutôt que de nous soumettre à la peur du confinement forcé, ne pourrions-nous pas au contraire y voir l’opportunité de découvrir en nous de nouvelles capacités à faire face à la difficulté et améliorer ainsi notre propre bien-être, tout cela en conscience ?

Si je vous en parle avec autant de conviction, c’est parce que j’ai la chance d’en faire l’expérience chaque jour depuis de nombreuses années.

Suite à une douleur chronique physique déclenchée à l’âge de 17 ans, j’ai rapidement pris la direction d'un long voyage intérieur. C’est un travail quotidien, parsemé d'embûches, mais un cheminement merveilleux. Il m’aura fallu atteindre mes 45 ans pour commencer à accéder à une nouvelle dimension de l’être. Comprendre notre mental et l’apprivoiser nous aide à mener une vie en harmonie et en accord avec nos aspirations et notre moi profond.

La seule vraie prison qui existe est la prison mentale. Nous n’avons effectivement pas besoin d’être confinés à la maison pour être prisonniers de notre propre vie.

De grands hommes nous ont d’ailleurs prouvé que nous pouvons accomplir de grandes choses lorsque nous sommes confinés à un endroit, je pense en particulier à Gandhi et à Nelson Mandela qui ont passé de nombreuses années emprisonnés. Ils n’ont pourtant jamais perdu espoir dans leurs honorables combats pour l’humanité. Immobilité ne rime pas nécessairement avec oisiveté ou perte d’identité.

« Hier, j'étais intelligent, et j'ai voulu changer le monde. 

Aujourd’hui, je suis sage et je me change moi-même." Poète persan Rumi

… pour un monde meilleur !

~~~

QUI SUIS-JE

Aussi dur que cela puisse être, ce confinement ne pourrait-il pas être perçu comme une heureuse opportunité de nous couper de nos automatismes et de nos conditionnements, et donc de susciter peut-être des questionnements sur le sens de notre vie, le sens de notre quotidien et de nos relations ?

Prendre le temps de découvrir en nous de nouvelles capacités à faire face à la difficulté, afin d’améliorer notre propre bien-être, tout cela en conscience ?

Cela sera très certainement aussi une épreuve pour les membres d’une même famille qui se retrouvent cloîtrés sous le même toit. Ce temps d’arrêt imposé et ce grand coup de frein mondial pourraient-ils être la chance d’un nouveau départ ? Tomber pour mieux se relever ?

Plus d’écoles, plus d’activités professionnelles, plus de divertissements extérieurs, plus de distractions sociales : selon nos situations, cela peut facilement nous amener à vivre une crise personnelle et intérieure.

Il y aura la peur de mourir pour certains, mais aussi, espérons-le, le courage pour d’autres d’entamer une introspection et une réflexion moins superficielle sur le sens de cette pandémie à un niveau plus personnel.

Chaque événement peut nous apprendre quelque chose et j’espère sincèrement que nous sortirons grandis de celui-ci.

Qui sommes-nous réellement lorsque tout s’effondre autour de nous ?

Sommes-nous un métier ?
Sommes-nous des études ?
Sommes-nous un parent ?
Sommes-nous des marques de vêtement ?
Sommes-nous une belle maison ou une voiture de sport ?
Sommes-nous une personne de scène ou un acteur ?
Sommes-nous un artiste aux photos primées ?

Est-ce que tout cet aspect matériel qui nous entoure et nous rassure aveuglément a du sens, alors que l’on est peut-être prisonnier à l’intérieur ?

Cet épisode viral au niveau mondial et ses implications pourraient-ils d’une certaine manière être salvateur, comme un nouveau palier vers l’éveil de l’humanité ?

Si seulement ce virus pouvait agir comme un pansement sur nos maux.

Je ne sais pas combien de temps la situation durera et peut-être que je reviendrai sur mes propos d’ici quelques semaines. Pour l’heure, je vous souhaite de tout cœur de pouvoir trouver la force et la raison d’accueillir ceci avec gratitude.

~~~

EN IMAGES ...

Les images que je décide de poster aujourd’hui vont peut-être vous sembler paradoxales par rapport au message général de ce texte. C’est vrai aussi que mes séries sont habituellement tournées vers la vie, vers les beautés du monde, vers l’espoir, et il y en aura encore de très nombreuses je vous le promets.

Mais tout au long de ces années de photographie, de nombreuses scènes m'interpellaient également, d’un point de vue plus symbolique. Notre confinement me renvoie évidemment à la notion d'emprisonnement, de l’extérieur vers l’intérieur.

Je vous invite à observer ces images au-delà de leur aspect austère. Elles pourraient être perçues comme étant de circonstance certes, mais je souhaite avant tout qu’elles ouvrent vers une réflexion.

Si vous le souhaitez, vous pouvez vous attarder sur chaque image, l’une après l’autre, et faire votre propre analyse.

~~~

EN VOYAGE ...

J’ai rencontré de nombreuses personnes de cultures très différentes ces dernières années. Des personnes seules, des personnes démunies, des personnes dans un état de santé faible, mais souvent, la liberté d’esprit et la paix intérieure venaient combler ces manques. Je suis persuadée que tous ceux qui ont voyagé peuvent témoigner de cette même réalité.

Mes premiers voyages, il y a presque 20 ans, étaient au départ des fuites pour trouver un monde meilleur. Mais l’expérience m’a appris que le seul monde meilleur qui puisse exister se trouvait en moi. Une phrase de mon papa résonne encore en moi : « Tu ne trouveras pas le bonheur au bout du monde ».

Mais alors, me direz-vous, pourquoi alors continuer à voyager autour du monde, confinée dans un petit véhicule ? Justement pour poursuivre cet apprentissage extraordinaire. Le voyage ouvre vers le détachement matériel, vers la compréhension de l’autre, vers la compassion, vers la tolérance.

Le voyage, lorsqu’il n’est pas vécu comme une fuite, est une réelle nourriture pour l’âme.

En tant que photographe, artiste, c’est aussi important pour moi de pouvoir continuer à témoigner des beautés et des aspects positifs de ces différentes cultures. Je m’abreuve de leur bienveillance et de leur sagesse, pour y trouver l’inspiration dans ma vie personnelle, mais aussi dans ma vie d’artiste. La photographie est une connexion, un lien de l’intérieur vers l’extérieur, et de l’extérieur vers l’intérieur.

~~~

QUELQUES CLES ...

J’aurais encore beaucoup de choses à vous écrire, mais je vais m’arrêter là. Merci déjà à tous ceux qui m‘ont suivie jusqu’ici !

Pour finir, je voudrais vous conseiller trois livres qui m’ont bouleversé ces derniers mois et qui par ailleurs, parallèlement à la méditation, m’ont beaucoup aidé à accueillir le décès de mon papa avec plus de sagesse et de force il y a 4 mois de cela.

Si je pouvais aider toutes les personnes qui souffrent de la perte d’un être cher, je le ferais, et je pense en particulier à ma maman et à mon frère. Malheureusement, je ne peux malheureusement que tendre une main, le chemin est individuel, pour qui souhaite l’entreprendre.

Certains livres sont disponibles en audio, d’autres en ebook, ou sur commande internet.

  • Le pouvoir du moment présent, d’Eckhart Tolle
  • Devenir super-conscient et/ouRompre avec soi-même, de Joe Dispenza
  • L’Alchimie de l’âme, de Gert De Smedt (https://www.alchemyofsparks.com). Un grand merci personnellement à Gert pour sa générosité et son soutien à toutes les personnes qui cherchent à entreprendre un cheminement intérieur et spirituel.

Les deux documentaires ci-dessous, Samadhi 1 et 2, furent également une grande découverte. Vous pouvez les visionner gratuitement sur YouTube. Il m’a fallu du temps pour comprendre et intégrer certaines idées, et il reste toujours encore un voile devant certaines notions.

https://www.youtube.com/watch?v=Rs7BCXDKH1o

https://www.youtube.com/watch?v=RtEOAQiaCnI

Et dans un registre plus gai, une chanson qui me donne beaucoup d'énergie lorsque je l'écoute.

I am what I am, de Gloria Gaynor.

Je pense fort à vous et vous remercie du fond du cœur d’avoir pris le temps de me lire jusqu’ici et de contribuer, à votre manière, à cette ouverture de conscience.

Prenez soin de vous,

Céline

~~~

~

~

~

~

~

~

~

14 commentaires sur “De l’extérieur vers l’intérieur”

  1. Merci Céline,
    J’aime ce que vous avez écrit,
    Le bon coté de ce confinement? je suis seule…je prends le temps… le temps de prendre le temps de voire la nature…de faire les choses que je ne prends pas le temps d’effectuer…. aujourd’hui … c’est stop…une chose à la fois.
    Je vous souhaite un merveilleux voyage et de belles rencontres.

    • Bonjour Paulette,
      C’est une belle surprise de découvrir votre message et votre témoignage. Un grand merci pour ce partage qui résonnera très certainement pour d’autres personnes également.
      Je vous souhaite de prendre du bon temps.
      Céline

  2. Merci Céline pour ce très beau et juste texte. Cette période va effectivement nous permettre plus d’introspection mais risque aussi de nous faire entrevoir combien l’être humain peut être tourné vers lui-même ou au contraire penser aux autres.
    En tout cas, profitez de la Laponie et de ses espaces grandioses.

    • Quel plaisir de te lire ici Isabelle. J’espère que tu vas bien.
      Merci beaucoup pour ton message. Oui tu as raison, on peut vite tomber dans ce schéma, mais je pense que lorsque l’on ressent la paix intérieure, on se tourne automatiquement à nouveau vers les autres.
      Bon dimanche à toi, je t’embrasse.

  3. Céline, j’ai beaucoup aimé ce cheminement intérieur.
    Tout en sensibilité, en douceur même si les combats intérieurs sont souvent très mouvementés.
    Je crois qu’il y a un temps pour cela. Notre parcours nous permet aujourd’hui de prendre de la hauteur, de se détacher du monde matériel pour s’écouter et apprendre à prendre soin de soi.
    Je suis très sensible à tout ce que tu as écrit. Je te remercie de l’avoir partagé. Tes photos sont le reflet de ton âme.

    • Bonjour Pierre,
      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de me lire. Tout va bien pour nous, et j’essaierais dès que possible de vous envoyer ou de partager une photo de Scoubi :).
      Bon dimanche,
      Céline

  4. Bonjour, et merci pour vos mots apaisants. Vous êtes une personne merveilleuse et vos photos très sensibles. Je reçois régulièrement vos posts et j’ai vu une de vos expositions. J’ai lus votre textes jusqu’au bout, ce que Je n’aurais pas fait en « temps normal » j’habite la campagne où tout est assez calme en temps « normal » mais en ce moment la nature nous est acquise complètement. J’apprécie. Bonne continuation à vous et à bientôt

    • Bonjour Gabriele,
      Je suis très touchée par votre message. Un grand merci de vous exprimé ici et d’avoir passé du temps à lire mon texte qui m’a été soufflé du fond du coeur.
      Bon dimanche et bonne continuation,
      Céline

  5. Merci Céline, pour ce texte long certes mais il permet de se poser un peut. Sortir de cette frénésie, de cette fuite en avant qui nous empêche bien souvent de penser tout simplement. Merci également pour ces magnifiques photos. Bonne continuation.

Laisser un commentaire